Allaiter et travailler ?

Hello les filles,

Tout d’abord sachez que je ne juge pas les mamans qui choisissent de donner le biberon à leur bébé. De nos jours nous avons le choix et je respecte ça. Je veux simplement aider les mamans allaitantes et les encourager dans cette belle aventure.

Je ne me suis pas posé la question à savoir si j’allais allaiter ou pas. C’était d’une telle évidence que je me sentais presque offusquée lorsqu’on me posait la question. Pour moi l’allaitement représente la nature dans son état le plus pur, je donne le meilleur de moi-même à ma fille donc il est normal pour moi de l'allaiter. Pourquoi donner le lait d’une autre espèce à mon bébé alors que la nature a bien fait les choses? Mais bien que l’allaitement soit naturel, il n’est pas inné, alors évidemment j’ai bien étudié le sujet en bonne boulimique du savoir que je suis, et j’ai appris à allaiter ma fille avec l’aide d'une consultante en lactation.

Aujourd’hui l’allaitement est vu comme un acte beau mais contraignant. Notre société nous façonne à cette pensée populaire. Et comment faire autrement quand le lobby des boîtes de lait en poudre envahit notre quotidien dans les publicités, les supermarchés, les pharmacies… même le personnel de santé nous dit de donner le biberon. Aujourd’hui c’est devenu la norme. Nous ne sommes même plus encouragé ni aidé par nos mères ou grand-mères car elles aussi ont connu le miraculeux biberon qui a permis de nourrir les orphelins de la guerre. Qui plus est, le biberon rend la reprise du travail plus facile, dans le sens où les parents donnent la quantité de poudre à la crèche ou la nourrice, bébé étant déjà habitué, et la transition est en général facilité.

Mais qu'en est-il pour les mamans allaitantes?

Alors que l’OMS recommande d’allaiter exclusivement au moins jusqu’aux 6 mois du bébé, la plupart des femmes dépassent rarement le stade des 3 mois notamment à cause de la reprise du travail. Ce qui est vraiment dommage puisque c’est le temps qu'il faut pour prendre son rythme avec bébé et le moment ou les difficultés du démarrage, s'il y en a eu, rentrent dans l'ordre. Voici ce que les statistiques nous disent sur l’allaitement en France:

    56% des bébés seraient allaités à 8 jours de vie (chiffre en hausse) contre 99% en Suède et en Norvège.

    à 8 semaines 50% des bébés allaités sont sevrés.

    à 12 semaines on passe à 70%.

    à 6 mois, 1 enfant sur 4 est encore allaité

    à 1 an, on tombe à 9%

    Comment continuer alors ?

    La bonne nouvelle les filles, c’est qu’on peut continuer d'allaiter en travaillant. Oui. En effet, le code du travail prévoit depuis 1917, 1 heure sur le temps de travail pour les femmes allaitantes. Vous pouvez donc :

      Soit tirer votre lait

      La loi dit même que l'entreprise doit fournir un local propre et convenable pour ce temps consacré à l'allaitement (ce qui n’est pas forcement appliqué qu’on soit d’accord). Vous pouvez donc utiliser cette heure en une ou plusieurs fois (2x30 minutes par exemple) Alors pas de panique les filles, on s'arme de courage, la séparation avec bébé est déjà assez difficile comme ça, on ne va pas stopper ce qu'il y a de bon pour sa santé et cette relation toute particulière, sous prétexte qu'on doit retourner bosser. Parlez-en à votre patron qui aménagera votre planning. Une heure c'est court mais c'est du temps de gagné consacré à son bébé (même si on ne le voit pas).

      Les mauvaises langues ou les jaloux diront qu'on fait exprès pour travailler une de moins, ou parce qu'on est trop collé à notre bébé...

      Ne nous laissons pas faire, la société n'a pas à nous dicter comment vivre notre maternité. L'allaitement, outre les bienfaits nutritionnels qu’il apporte, est bon pour la santé à long terme de l’enfant et de sa mère, mais également sur le plan psychologique en rendant la séparation plus douce pour les deux. Dans les pays africains et asiatiques, les mamans travaillent avec leur bébé en écharpe. Cela n’en faut pas des enfants capricieux ni des Tanguy.

      Comment ça se passe ?

      Vous devez impérativement en parler à votre patron qui aménagera votre emploi du temps (la pause déjeuner ne compte pas). Ensuite :

        Vous pouvez aussi en choisir un manuel (moins cher) ou tout simplement tirer votre lait à la main.

        Des sachets de conservation du lait ou des petits pots qui ferment hermétiquement et écrivez la date dessus.

        Vous aurez besoin d’un réfrigérateur ou d’une glacière pour stocker le lait tiré; cf photo pour les temps de conservation du lait qui se conserve plus longtemps que vous ne le croyez (source : Petit guide de l'allaitement pour la mère qui travaille).

        Vous aurez besoin d'un point d’eau pour pouvoir nettoyer vos ustensiles.

        Pour plus de renseignements, vous pouvez vous rapprocher d’une consultante en lactation, ou de la Leche League qui organise des réunions d'information. Personnellement, je souhaite suivre la formation de consultante en lactation d'ici quelques mois pour pouvoir vous aider au mieux.

        Alors à vos tire-lait les mamans ! Le secret de la réussite c’est de savoir que c’est possible.

        Quelques liens utiles :

          Tire-lait philips (celui que j'utilise): http://amzn.to/1WDM8uB

          La Leche league : http://www.lllfrance.org

          Application iOS et Androïd pour échanger avec des mamans de toute la France : WeMoms

          Texte communiqué de presse conjoint OMS/UNICEF/IBFAN :

          Allaiter et travailler ?
          Allaiter et travailler ?
          Allaiter et travailler ?
          Retour à l'accueil